• Cathédrale Seville Espagnol
  • Cathédrale Seville Anglais
  • Cathédrale Seville Français

Arène de Séville - Royale Maestranza

L’Arène de la Royale Maestranza de Caballería de Séville est considérée comme une des arènes taurines plus anciennes d'Espagne. C’est le siège des corridas de taureaux qui se passent dans la ville, en soyant spécialment importantes pour les amateurs celles qui ont lieu pendant la Foire d'avril. C’est considéré un des centres d'attraction touristique plus populaires de la ville et il est entre les monuments les plus visitées de Séville. Il y a une capacité de 12.500 localités.

La place de taureaux est propriété d'une Corporation Nobiliaire, avec son siège dans la ville de Séville à laquelle donne son nom. Intégrée par des chevaliers appartenant à d'anciennes familles nobles mène à bien de multiples activités de caractère bénéfique et social, de promotion de l'art équestre et d'appui à la tauromachie. L'exercice du mécénat culturel et artistique est un autre de ses dévouements. À la création en 1966 des prix prestigieux aux meilleurs dossiers des Facultés et les Écoles de l'Université de Séville, on unit la concession d'importants prix d’art et investigation, comme la convocation de prix pour jeunes investigateurs, et le parrainage d'activités effectuées par des institutions culturelles de la ville, en tenant aussi des cycles musicaux et des échantillons artistiques de contenu varié. 

Real Maestranza

Tout près de la place on trouve des statues consacrées au toréadors sévillans qui ont triomphé dans cette place en soulignant entre elles celle consacrée au torero Curro torero Romero.

Histoire

En 1749 on commence la construction de l’arène circulaire dans la montagne du Baratillo en remplacement de la place de taureaux rectangulaire située là. Postérieurement, en 1761, on entreprend la construction par ochavas (huitièmes, équivalent chaque une à quatre arcs). Les maître d'oeuvre dans cette première étape de construction sont Francisco Sánchez de Aragón et Pedro y Vicente de San Martín. La façade intérieure de la place, appelée Tribune du Prince, est conclue en 1765. Cette tribune est composée de deux corps : la porte d'accès à la place et par laquelle sortent les toréadors triomphateurs, et la tribune proprement dite, d'utilisation exclusive de la Famille Royale. Il est composé dans sa partie supérieure par quatre arcs sur lesquels repose une voûte sphérique, qui dans sa partie supérieure est couverte par des carreaux blancs et bleus. Le groupe sculptural qui l'achève est oeuvre du sculpteur portugais Cayetano d'Acosta. La tribune a été effectué pour le Infant de l'Espagne, Felipe de Borbón, fils de Felipe V et d'Isabel de Farnesio.

Vu l'interdiction de corridas de taureaux par Carlos III en 1786, on paralyse les oeuvres en les considérant comme conclues, bien qu'on ait seulement construit un tiers de la place. De cette étape est aussi l'ancienne tribune de la Députation postérieurement appelé de “Ganaderos” (éleveurs) , situé sur la porte de toriles et face a la tribune du Prince. 

La couverture des gradins de la moitié de la place se termine passés 34 années, à gauche et à droite de la Tribune du Prince ; en restant ouverte une panoramique de la Cathédrale et la Giralda depuis les gradins, comme il a été reflété dans un grand nombre de timbres de l'époque. 

En 1868 la Tribune de la Députation se trouvait en un état tellement regrettable qu'on entreprend l'amélioration de ce dernier, en plaçant un nouveau sol et une balustrade de marbre, outre l’écu de la Royale Maestranza de Cavalerie, oeuvre du sculpteur italien Augusto Franchy. On effectue aussi la construction de cinq balcons à chaque côté de la Tribune de la Députation, où on trouve actuellement l'horloge de la place. 

En 1881 on finit la construction de la place en la fermant complètement, étant alors construite dans ses deux tiers en taille de pierre et le reste en bois. 

Entre les années 1914 et 1915 on réforme les gradins en pierre en le remplaçant par des autres en brique sous la direction de l'architecte sévillan Aníbal González. On construit de nouveau toutes les gradins avec moins de pente. Le nombre de files de gradins à l’ombre est passé de dix à à douze et à quatorze au soleil, outre trois files de barrière. Dans la partie supérieure des gradins à l’ombre, devant les tribunes, on construit une file de fauteuils de gradin.

Musée taurin

 Tout près de la place on trouve des statues consacrées au toreros sévillans qui ont triomphé dans cette place en soulignant entre elles celle consacrée au torero Curro Romero. Le Musée Taurin de la Royale Maestranza de Cavalerie est logé sous les gradins de la Place de Taureaux et a été créé en 1989. Le visiteur peut parcourir là l'histoire de la Festivité Nationale à travers d’une collection picturale, affiches taurines, photos, habits de lumière, bronzes, carreaux et sculptures, soulignent les oeuvres de Mariano Benlliure et bustes de toreros légendaires comme Curro Cúchares, Pepe-Hillo ou Espartero. 

Suivez-nous

Rechercher

Traducteur Web

Hôtels à Séville

Destination

Date d'entrée
calendar
Date de départ
calendar
Directorio de  Turismo en Sevilla